webleads-tracker

SEO à l’international : comment optimiser votre référencement naturel ?

Quelles sont les bonnes pratiques SEO pour votre internationalisation ? Comment optimiser votre référencement naturel si vous développez votre présence digitale et votre business à l’international ?

Tout au long de ce mode d’emploi du SEO international, nous n’oublierons jamais le fait que gagner en référencement naturel, c’est gagner en trafic et en chiffre d’affaires, ce qui veut dire beaucoup s’il est question de vous internationaliser.

Maintenant, voyons quelles sont les règles du SEO à appliquer pour votre internationalisation sur internet. Évidemment, toutes les bonnes pratiques générales du SEO devront être respectées, mais nous ne parlerons ici que de celles qui sont spécifiques à l’internationalisation.

Quels sont les réglages géographiques et linguistiques à effectuer pour gagner en SEO dans votre internationalisation ?

SEO à l'international

Avant de nous plonger dans les profondeurs du SEO (Search Engine Optimization) spécifique à l’internationalisation, il est nécessaire de poser les fondations, notamment quelques fondamentaux géographiques et linguistiques.

Premièrement, si votre présence sur internet se déploie dans plusieurs pays, au-delà de vos frontières nationales, il est impératif de délivrer à chaque internaute la version de vos pages web rédigées dans sa langue natale, ou en tout cas, dans la langue qu’il ou elle comprend le mieux et qui correspond à son aire géographique et culturelle.

Bien que ce postulat de départ semble une évidence, de nombreuses enseignes s’adressant à une clientèle répartie dans plusieurs pays et parlant des langues différentes négligent ce point essentiel : erreur fatale en SEO international !

En particulier, beaucoup d’entreprises d’envergure internationale se reposent sur leur langue nationale (couvrant la majeure partie de leur audience cible), ou ne traduisent leurs pages web qu’en anglais, en comptant sur le fait que « tout le monde » parle la langue de Shakespeare (ou plutôt de celle de Mickey).

Pour éviter ces erreurs pénalisantes d’une point de vue SEO international, certains réglages indispensables doivent donc être effectués en termes de localisation et linguistique. L’un d’eux consiste à rediriger chacun de vos internautes vers la page rédigée dans la langue qu’il parle. Nous allons voir comment effectuer cette opération.

Surtout, quelle que soit la méthode employée, vous ne devrez jamais fonder votre redirection linguistique sur un critère de détection géographique ! Sur internet et en SEO international, une redirection linguistique doit toujours reposer sur la détection de la langue utilisée sur l’appareil de l’utilisateur et éventuellement, en second lieu, en fonction d’une variante géographique dans cette langue.

La balise « <link /> » et son attribut géo-linguistique « hreflang » en HTML

L’attribut HTML « hreflang » de la balise <link /> vous permet d’indiquer aux moteurs de recherches (en l’occurrence Google et Yandex, mais pas Bing, ni Baidu) quelle page web proposer selon la langue et la zone géographique détectées, de la manière suivante :

  • <link rel=”alternate” hreflang=”CodeLangue” href=”URL.com” />
  • <link rel=”alternate” hreflang=”CodeLangue-CodePays” href=”URL.com” />

Google considère l’utilisation des balises <link /> et attributs géo-linguistiques « hreflang » comme une bonne pratique du référencement naturel à l’international. Pour information, vous pouvez les placer dans la partie <head></head> du code HTML de votre page web, ou dans un header HTTP, ou encore dans votre sitemap.

Voici donc une manière simple pour vous de faciliter la navigation de vos visiteurs dans plusieurs pays et donc de marquer des points en SEO international. Par exemple, pour rediriger les internautes hispanophones vers votre site en version espagnole, voici à quoi ressemble la balise à insérer dans votre code HTML :

  • <link rel=”alternate” hreflang=”es” href=”votresite.es” />

Cette balise <link /> et son attribut « hreflang » offrent une subtilité très importante du point de vue du SEO pour votre internationalisation. Vous avez la possibilité de vous adresser différemment aux internautes parlant la même langue mais vivant dans des pays et cultures différents.

Par exemple, vous pouvez vous adresser de manière différenciée aux hispanophones d’Espagne et aux hispanophones du Vénézuéla, car leurs références culturelles et habitudes de navigation sur internet sont complètement différentes :

  • <link rel=”alternate” hreflang=”es-es” href=”votresite.es” />
  • <link rel=”alternate” hreflang=”es-ve” href=”votresite.ve” />

Comme vous l’avez sans doute compris, la première partie de l’attribut « hreflang » identifie la langue parlée et la seconde localise le pays. Surtout, veillez à bien respecter le format ISO 639-1 pour le code linguistique et le format ISO 3166-1 pour le code de pays. D’autre part, sachez que le code linguistique est obligatoire et le code géographique facultatif.

Attention à bien faire en sorte, si vous utilisez des balises de redirection géo-linguistique sur une page web, que toutes ces autres pages redirigent en retour vers celle-ci. Google formule cette demande le guide de ses bonnes pratiques et indique que son omission peut entraîner la non compréhension de vos balises <link /> par son Googlebot. Concrètement, si votre page en français contient une redirection vers votre page en espagnol pour les visiteurs détectés comme hispanophones, il faut absolument que votre page en espagnol redirige en retour vers votre page en français pour les visiteurs détectés comme francophones.

Autre astuce si vous différenciez les pages pour mobile des pages pour ordinateur de bureau : en bonne logique, insérez dans la partie <head></head> de chaque page pour mobile les balises de redirection linguistique <link /> vers les autres pages pour mobile traduites dans d’autres langues.

Pour finir, n’oubliez pas d’ajouter une balise <link /> dont l’attribut « hreflang » est paramétré sur la valeur par défaut « x-default » en indiquant la page par défaut vers laquelle aiguiller les internautes dont la langue et le pays sont différents ou ne sont pas reconnus. Attention aux erreurs de code dans ces balises <link /> et attributs « hreflang », sinon votre redirection linguistique et géographique sera perdue, tout comme vos bons points en SEO international.

Le ciblage géographique et linguistique de la Google Search Console et de Google Analytics

En combinant les outils de Google mis à disposition des administrateurs de sites, vous pouvez vérifier que votre ciblage géo-linguistique fonctionne et acquérir des informations sur votre trafic par pays et zone géographique.

La Google Search Console vous permet de vous assurer que vos réglages régionaux fonctionnent. Elle vous montre par exemple comment le Googlebot assimile chaque page, ce qui vous permet de savoir si vos paramétrages linguistiques et géographiques sont bien pris en compte et fonctionnels. Grâce à la console de recherche de Google, vous pouvez spécifier explicitement à Google quels domaines, sous-domaines ou sous-dossiers de domaines correspondent à quelle langue et population géographique. Vous montez un barreau supplémentaire sur l’échelle du SEO international.

De plus, Google Analytics est une mine d’informations sur vos performances à l’international, notamment sur la provenance des visiteurs de chaque page, leurs temps moyens de connexion, etc. En vous appuyant sur ces données, vous pouvez savoir dans quelles langues et dans quels pays votre business est en pleine croissance ou peine à acquérir une part de marché.

Profitez de ces outils professionnels et gratuits, qui vous aideront à consolider votre SEO à l’international.

SEO international : un site multilingue ou plusieurs sites monolingues ?

Plusieurs options s’offrent à vous en matière d’arborescence de vos pages web pour l’international. Vous avez le choix entre :

  • Un site web global, dont les déclinaisons linguistiques sont des sous-catégories ;
  • Un site web international, contenant plusieurs sous-domaines pour les différentes langues ;
  • Plusieurs sites web régionaux, avec un nom de domaine par langue ou zone géographique.

Quelle est la meilleure structure SEO pour vous internationaliser ? Chacune de ces pistes présente des avantages et des inconvénients.

Plusieurs domaines distincts, pour les différents pays et langues

La solution consistant à déployer plusieurs domaines régionaux implique le fait que chaque domaine soit administré séparément, ce qui augmente vos possibilités de personnalisation par langue et par aire géographique, mais peut représenter un volume de travail très important. La moindre mise à jour commune ou modification globale doit être répétée autant de fois que vous comptez de sites web.

D’autre part, avec un domaine par pays ou langue, Google et les autres moteurs de recherche peuvent beaucoup plus facilement identifier quel site et quelle langue proposer à quel type de visiteurs. Chaque entité pourra marquer ses points SEO localement (ou en perdre mais sans affecter les autres) et votre réseau de sites pourra engranger des points bonus en SEO international.

Enfin, cette option peut être intéressante pour différencier votre site vitrine corporate unique en « .com », de vos multiples sites commerciaux, chacun destiné à un pays et une langue spécifiques (« .fr » pour la France, « .es » pour l’Espagne, « .it » pour l’Italie, etc.). Bien entendu, les balises <link /> de redirection géo-linguistique sont à prévoir.

Un site global se déclinant en plusieurs sous-catégories linguistiques et géographiques

Cette solution est la plus facile du point de vue de la gestion quotidienne du site. Cependant, le ciblage géographique et linguistique de Google ne différenciera pas automatiquement des sous-dossiers d’un même domaine, ce qui peut représenter un vrai problème en matière de SEO international.

Pour cette raison, Google ne recommande pas cette option, même si elle reste tout à fait viable du point de vue des visiteurs et de leur expérience utilisateur. Si vous retenez ce choix, l’utilisation des balises <link /> et de leurs attributs « hreflang » est indispensable pour rediriger Google et les moteurs de recherche vers les bonnes versions linguistiques et géographiques. D’autre part, les paramétrages de la Google Search Console vous permettront de différencier vos URLs par langue et pays ciblé.

Un site international contenant plusieurs sous-domaines pour chaque pays et langue

Cette solution hybride est intéressante. Elle réunit les avantages du site unique et des versions linguistiques indépendantes. De plus, le robot de Google peut un peu plus facilement appréhender et distinguer vos différents sous-domaines d’un point de vue géographique et linguistique.

Les sous-domaines peuvent être considérés comme des mini-sites indépendants ayant chacun son entité propre, mais tous affiliés au même réseau central. Un site et ses sous-domaines sont faciles à administrer, tout en préservant la liberté d’expression de chaque branche linguistique. N’oubliez pas de renseigner les balises <link /> de redirection linguistique et géographique.

Les erreurs de structure web à éviter en SEO international

Une règle d’or de l’internationalisation sur internet ne doit jamais être transgressée : une seule langue par URL. Tenter de réunir des contenus rédactionnels dans plusieurs langues sur une même page web est une faute grave en SEO international (et certains très grands Groupes internationaux continuent encore de faire cette erreur).

Aussi, il serait une très mauvaise pratique de décliner une variante linguistique dans un sous-dossier ou un sous-domaine d’une URL principale dont l’extension correspond à un pays. En d’autres termes, oubliez les bricolages hasardeux de type « votresite.fr/en » ou « english.votresite.fr ». Merci !

Expérience utilisateur et respect des différences culturelles

E-commerce international

L’expérience utilisateur (User eXperience) est un critère de plus en plus important aux yeux de Google en matière de SEO, au point de parler aujourd’hui de SXO (Search eXperience Optimization). Par conséquent, dans votre stratégie d’internationalisation, vous gagnerez en référencement naturel si vous réussissez à proposer un parcours utilisateur et une expérience de navigation fluides. Cela implique de délivrer un tunnel et des contenus en accord avec les habitudes de navigation et la culture web de chacun et de chacune.

Donnez la possibilité aux visiteurs de changer de langue

Premièrement, à tout moment dans sa navigation, votre visiteur doit avoir la possibilité de cliquer sur le lien menant vers la version de votre site web ou de votre page web dans une autre langue de son choix. Pourquoi ? Malgré vos efforts pour que les internautes soient automatiquement redirigés vers la langue qui leur convient, vous ne pourrez jamais éviter certaines situations, comme celle du vacancier étranger qui se connecte sur un ordinateur dans son hôtel. L’appareil est paramétré dans une langue et détecté comme tel par le Googlebot, mais cette personne en parle une autre et souhaite accéder à la version de tel ou tel site traduite dans sa langue.

Cela signifie que le lien ou bouton de redirection linguistique en question doit être positionné dans le corps du contenu de vos pages web, de votre menu principal ou secondaire, de manière clairement visible. Par exemple, si vous allez au Japon et que vous vous connectez à un site web dans la version entièrement rédigée en caractères japonais, vous ne saurez pas lire un hyperlien écrit en japonais vous expliquant qu’il mène vers la version française ! Un petit drapeau français bien mis en évidence sur la page sera votre bouée de sauvetage. Le SEO international tient à ce genre de détails.

Astuce : si Google ou autre moteur de recherche envoie le visiteur dans une version de votre site ne correspondant pas à la langue que vous détectez sur son appareil, malgré vos précautions, vous pouvez faire apparaître une suggestion de redirection linguistique appropriée. Votre visiteur reste maître de sa décision, ce qui bonifie son expérience utilisateur et votre référencement naturel à l’international. Après tout, consulter votre site dans une autre langue est peut être un choix volontaire de sa part.

Chaque langue et chaque région a ses mots-clés

Voici peut-être le nerf de la guerre dans la grande bataille du SEO international : les mots-clés de l’internationalisation. Comme vous l’avez peut-être déjà deviné, d’un pays à l’autre, d’une langue à une autre, les mots-clés les plus pertinents pour vous ne sont pas les mêmes.

Il vous faut donc prendre le temps de mener ou de faire réaliser une étude détaillée et distincte des mots-clés par zone géo-linguistique, sur lesquels vous positionner pour chaque langue et chaque pays. En saisissant bien les différences de mots-clés et de champs sémantiques entre les différentes langues et zones géographiques, vous actionnerez l’un des plus puissants leviers de SEO pour votre internationalisation.

Si vous faites bien ce travail minutieux, une arborescence de pages unique découlera de chaque série de mots-clés régionaux, pour déployer la meilleure architecture web dans chaque langue, en fonction des mots-clés les plus recherchés ou présentant la meilleure compétitivité dans chaque silo géo-linguistique.

Produisez du contenu unique pour chaque branche géo-linguistique

Attention aux traductions automatiques, qui peuvent être tentantes si vous devez produire des contenus aux messages identiques dans de nombreuses langues ! Le Googlebot et les autres robots de moteurs de recherches internationaux n’apprécieront que très moyennement la découverte de ces traductions copiées-collées. Au delà de l’appréciation des moteurs de recherche, n’oubliez pas que vos futurs visiteurs seront pour la plupart natifs du pays en question. Un site dont les contenus seraient approximatifs n’inspirera certainement pas confiance à vos futurs clients…

Si vous voulez développer votre SEO à l’international pour de vrai, et non en baignant dans la douce illusion de vous exporter dans de nombreux pays, chaque page, destinée à chaque région et dans chaque langue doit contenir son contenu propre, unique et original. Aucun compromis sur ce point. La rédaction de contenu web doit être optimisée SEO et réalisée par un natif pour chaque pays. Vous pouvez aussi opter pour la traduction de votre site web existant, mais prenez soin que celle-ci ne soit pas automatisée…

En e-commerce, affichez la bonne devise et les bonnes unités de mesure

Encore une question de bon sens ! Si vous déployez un e-commerce à l’international, veillez à ce que chaque client puisse apprécier vos produits dans sa devise et dans ses unités de mesure habituelles. Négliger ce détail, c’est perdre beaucoup de clients potentiels en route et perdre en SEO par la même occasion.

Adaptez-vous aux habitudes de consommation et aux spécificités culturelles locales

Sauf dans de rarissimes cas de buzz mondial, vous ne parviendrez pas à convertir et fidéliser les internautes d’un pays, d’une langue, d’une culture, sans vous adapter à leurs spécificités, leurs habitudes, leur univers quotidien.

L’optimisation de l’expérience utilisateur, c’est aussi prendre soin de vous adresser à une population locale en respectant son identité, sa manière de voir les choses, son exception culturelle. Ainsi, votre e-réputation locale peut commencer à s’étoffer dans différents pays et langues, ce qui est un critère de SEO à l’international.


Un besoin ?

Formulaire Blog

Catégorie(s): SEO